Infrastructure : le cœur et les poumons d’une entreprise

S’il fallait imaginer une entreprise comme un corps humain, l’infrastructure informatique prendrait certainement la place des organes vitaux. En particulier celui du cœur, en tant qu’un espace alloué aux ressources IT qui pulse le quotidien de l’entreprise et des collaborateurs. Ce dernier est accompagné des poumons afin de donner la performance nécessaire aux applications qui sont capables de s’adapter en fonction de l’effort fourni. Face aux différentes évolutions de l’informatique et des besoins en ressources, leurs infrastructures se doivent, elles aussi, de rester agiles afin de soutenir la croissance des entreprises.

Si la tendance est clairement à la digitalisation massive des forces de travail et des espaces, l’infrastructure reste encore aujourd’hui, et demain, un inconditionnel. Mais, face à des propositions technologiques innovantes, pourquoi aujourd’hui est-il nécessaire pour une entreprise d’avoir une infrastructure informatique ? Loin d’être archaïque, une infrastructure moderne et adaptée est un prérequis à la transformation numérique.

Performance et réactivité

Si dans une architecture informatique traditionnelle les ressources sont allouées de façon trop rigides ou trop limitées aux collaborateurs, l’infrastructure se retrouve rapidement essoufflée et peu réactive. Lors de besoin accru en performance (des pics saisonniers par exemple), l’infrastructure ne pourra répondre positivement et le manque à gagner peut-être important. Une intervention manuelle est nécessaire, ce qui peut engendrer une perte de temps significative et une augmentation des coûts.

C’est pourquoi il est nécessaire pour une infrastructure de se montrer agile. D’ailleurs, la performance informatique d’une entreprise se mesure aujourd’hui à son agilité informatique, son « IT agility ». Cette souplesse consiste à proposer une infrastructure capable d’incrémenter (d’où son nom de méthodologie incrémentale) la puissance et de répondre rapidement et sans intervention manuelle, peu importe le moment, à l’évolution de l’activité et des besoins.

Avoir une infrastructure permettant l’évolutivité est un inconditionnel à la transformation numérique.

Autre point d’importance : la disponibilité des services de l’infrastructure. Si indisponibilité il y a (pour cause de panne ou de sinistre par exemple), les pertes en termes de coûts et de temps peuvent être critiques pour une entreprise. Les entreprises les plus fragiles financièrement peuvent mettre la clé sous la porte. C’est pourquoi cette haute disponibilité est un inconditionnel pour les entreprises. La définition d’un Plan de Continuité d’Activité ou d’un Plan de Reprise d’Activité sont les pistes à privilégier afin de réduire les pannes et les RTO (Recovery Time Objective = la durée maximale d’interruption admissible).


Le défi des data

Pour une entreprise, les données sont une matière première d’importance capitale, si ce n’est critique. Ces données informatiques représentant l’essence même de l’historique de travail et la base de travail de l’ensemble des collaborateurs. Avec la multiplication par 4 ou par 10 de ce volume de données, où stocker ces données ?

Le challenge peut se révéler difficile à relever pour une entreprise qui souhaite un stockage physique en interne des données. Avec une infrastructure informatique adaptée et pensée pour être évolutive, ce défi est relevé haut la main ! Ceci a un intérêt : les données, parfois sensibles, sont à portée de main ce qui peut donc rassurer le DSI. Cependant, il est nécessaire de mettre en place une sécurisation suffisante autour de cette infrastructure.

#CarrementBechtle

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *