Les usines connectées font le pari du Cloud

Dans une recherche constante d’une plus grande productivité, les usines font de plus en plus appel à la connectivité des équipements et des services. Même en dehors des murs, ces usines 4.0 utilisent les nouvelles technologies pour optimiser le quotidien des collaborateurs et des process. La connectivité devenant une réelle question pour les entreprises, le Cloud devient la réponse.

420 milliards d’euros. Selon l’enquête « Industrie 4.0 la transition quantifiée » publiée en 2016 par le cabinet de conseil Roland Berger, l’industrie connectée (dite 4.0) aurait un potentiel de profits nets et de capital engagé qui avoisinerait les 420 milliards d’euros en Europe de l’Ouest. En rendant possible une utilisation optimisée et maximale des actifs et des process grâce à l’Internet Of Things (IoT) et aux nouvelles technologies, les usines ouvrent la porte à une productivité accrue et à un rendement plus important. Concrètement, comment le Cloud peut-il devenir un catalyseur de puissance de ces Smart Factories ?

Les usines 4.0 font de la place à la connectivité des appareils et à l’IoT

IA & Cloud : le combo gagnant

Le développement des objets connectés industriels et de l’Intelligence Artificielle profite aussi aux usines. Dans l’objectif d’améliorer l’entretien quotidien de la chaîne de production et de réduire les temps morts, les techniciens et ingénieurs ont mis en place des systèmes dit de maintenance prédictive. En résumé, la maintenance prédictive vise à :

  • Élaborer des pronostics des équipements
  • Identifier les risques de défaillance
  • Planifier les interventions avant l’arrivée des pannes
  • Minimiser les temps d’arrêt des machines

Au quotidien, les capteurs localisés sur l’IoT produisent des données qui nourrissent les algorithmes du Machine Learning (pour aller plus loin : De l’Intelligence Artificielle au Deep Learning). Ces algorithmes sont capables de prédire les risques de défaillance et de détecter rapidement les équipements pour lesquels des améliorations sont possibles. Le Cloud intervient à ce moment, dans son rôle de Big Data as a Service (le Cloud en tant que BDaaS). Les données sont de plus en plus nombreuses, les stocker et les traiter en temps réel dans le Cloud est la solution la plus efficace et proactive.

Cliquez pour zoomer

Grâce à la conjugaison du Cloud, de l’IA et de l’IoT, les usines font le pari de passer d’une maintenance réactive (réagir sur le moment et au plus vite) à une maintenance prédictive multipliant ainsi les gains de production.

L’efficacité au bout des doigts

Les stratégies d’automatisation des process industriels sont possibles grâce à la maintenance prédictive. Mais les objectifs d’une meilleure utilisation de ces process sont également au cœur des optimisations recherchées par les directions d’usines. Ces visions se fondent sur des solutions innovantes, à la croisée des chemins entre la réalité augmentée et le Cloud.

En s’appuyant une fois encore sur des milliers de données de l’IoT traitées en temps réel sur le Cloud, des solutions de digital workplace intègrent de plus en plus les postes techniques des usines. Au rayon des technologies : le casque de réalité augmentée de Microsoft, l’HoloLens. Cette paire de lunette high-tech permet de simuler des hologrammes précis et permet d’interagir avec eux. Pour les entreprises, cela permet surtout de contrôler les machines à distance et de guider les opérations de maintenance avec une extrême précision, le tout en s’appuyant sur les données stockées dans le Cloud.

Une des usines du groupe utilise d’ores et déjà l’HoloLens afin d’effectuer un travail de pointe sur ses chaînes de production (source : Renault)

Autre technologie, toujours du côté de Microsoft : l’Azure Kinect. Si auparavant l’appareil se destinait à une commercialisation grand public dans les jeux vidéo, la seconde vie de Kinect est auprès des professionnels. Ce kit de développement embarque une technologie de détection de mouvement et de profondeur afin, par exemple, de cartographier en trois dimensions un espace de travail. L’Azure Kinect est connecté au Cloud et se synchronise de facto avec les algorithmes présents au sein d’Azure, le serveur Cloud de Microsoft.

#CarrementBechtle

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *